Note de ce sujet :
  • Moyenne : 5 (1 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Paris, le vendredi 13
14/11/2015, 15:34,
#1
Paris, le vendredi 13
Comme notre communauté est diverse et tiens de bien de horizons, il m'a paru utile de démarrer un post sur ce vendredi bien sombre que nous avons vécu.

Les images vues ici et là sont terribles, comme le sont toutes celles d'attentats, de catastrophes, où qu'ils soient dans le monde.

Je n'ai pas été touché, j'étais (bêtement?) affalé devant la télé à regarder une série télé plutôt que d'être de sortie. Et si j'étais sorti, j'avais peu de chances d'être touché, les endroits visés étant plutôt au nord de Paris alors que je suis au sud.

En revanche, le collégue d'un amis est encore ce midi à l'hôpital avec une balle qui lui a traversé la jambe, il était au Bataclan hier. Il n'y a pas de grande inquiétude, il sortira a priori cet après-midi ou demain. Je pense, hélas, qu'il ne sera pas difficile de dire "je connais quelqu'un qui connait quelqu'un qui..."

C'est dans ces instants qu'il ne faut pas oublier la situation là-bas. Ces attentats sont le reflet d'un problème sectarien qui fait écho aux problèmes que nous avons connus il y a 5 siècles, le schisme entre deux conceptions d'une même religion, et la récupération de ce schisme à des fins partisanes. Pour le dictateur, calife, président, etc. rien n'est meilleur que de trouver un point de clivage qui séparé proprement les hommes en deux: ce qui sont contre nous et ceux qui sont avec nous.

Daesh ne s'en cache même pas: son objectif premier est de séparer les "croisés" des "fidèles", et d'abolir toute possibilité qu'un musulman puisse ne pas se sentir obligé de choisir un camp. En espérant que la religion pousse dans le bon camp, le sien évidemment.

Et bien sur, ce terrible rappel; que tous ces réfugiés (j’exècre cette référence à "migrants", lorsque le terme est évidemment, forcément, incorrect, et permet de dévoyer la discussion) fuient un "Attentats de Paris" PAR JOUR. Qu'en Syrie, en Iraq, au bords du Kurdistan et de l'Iran, c'est plus de 120 civils par jour qui meurent sans avoir rien demandé, sans avoir pris les armes. Que, plutôt que de se jeter dans un conflit entre un dictateur sanguinaire et des fanatiques religieux, ils préfèrent tout tenter pour sortir du chaos, quitte à en perdre la vie qu'il risquent de toutes façons à chaque heure là-bas.


Dans ces heures noires, n'oublions pas que tous les hommes sont frères. Que les pires querelles sont celles qui déchirent une même famille. Et que la bonne solution n'est pas de tirer une balle dans la tête de son frère, mais de l'aider. Et que les actes qui comptent ne sont pas forcément ceux appuyés par une arme.
Répondre
17/11/2015, 11:09, (Modification du message : 17/11/2015, 11:10 par Elros.)
#2
RE: Paris, le vendredi 13
je ne peux qu'abonder dans ton sens, tu as très clairement expliqué la situation. il est très difficile de savoir comment réagir au terrorisme, car toute manifestation alimente le succès de leur acte, malheureusement.

Personnellement, la couverture médiatique me paraît être un stimulant pour d'autres attentat de ce type...

il y a 20 ans, jamais je n'aurais pensé voir de telles choses sur nos territoires.
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)